Les années 70 à aujourd'hui

Événements historiques

Events

Statut de la femme change

1945

diplômées, marché du travail, donc moins d'enfants

Réouverture des frontières à l'immigration

1945

Après la guerre, deuxième grande vague d'immigration suivra

L'écrit = fuite, savoir acquis

1960 - 1970

Révolution tranquille

1960 - 1970

une réorientation de l'État québécois qui adopte les principes de l'État-providence, la mise en place d'une véritable séparation de l'Église catholique et de l'État, et la construction d'une nouvelle identité nationale québécoise, qui s'écarte du nationalisme traditionnel canadien-français.

  • Plusieurs mouvements nationalistes naissent dans les années 60. (RIN, RN, MSA, PQ, FLQ)

Loi 16 (statut juridique femme)

1964

réajuste le statut juridique de la femme. Avant ça, elles ne peuvent pas signer aucun papier (père ou mari) La femme mariée aura le droit d’avoir des responsabilités civiles et financières à partir de 1964.

Féd des femmes du Qc

1965

environ 20 asso de femmes au qc, plus vieilles femmes, moins radicales

Création service de l'immigration

1965

Mouvement de contre culture

1967 - 1979

Le terme est popularisé en 1969 par Théodore Roszak. La contre-culture annonce une société qui serait libéré de la technocratie.
Les tiraillements sont partie prenante de la contre-culture. Les tensions en font la force, puisque la contre-culture repose sur l’idée que touttt est dans touttt. Il n’y a pas de différence entre moi et l’univers, entre moi et mon prochain. D’où l’intérêt pour les sociétés orientales (ying yang, un et son contraire)

Libération de la parole, nationalisme

Univers traditionnel à tout «écartillé»

1968 - 1970

-Les trois octobres
-Exemple de Robert Charlebois

Nègres blancs d'Amérique

1968

Ce récit, écrit par Vallières alors qu'il était emprisonné aux États-Unis, est à la fois un essai et une autobiographie qui dresse un portrait de la société québécoise des années 1950 et 1960, encore sous l'emprise économique des conglomérats anglo-américains et incapable de se définir clairement par rapport aux différentes formes de pouvoirs qui s'exerçaient alors.

Le libraire, Gérard Bessette

1968

litt. autour des rev. féministes

1970 - 1979

Les fées ont soif au Théâtre Denise Boucher
Volonté de créer un théâtre québécois, le diffuser, etc. la contre-culture veut l’amener dans la rue.

Les fées ont soif de Denise Boucher

1978

Denise Boucher = fervente féministe, texte qui a été censuré et l'effet de scandale autour de la pièce de théâtre (TNM) aura aidé la pièce dans son succès.

Message aux femmes : émancipez-vous, mais la prise de parole commune reste difficile
En 1980 désenchantement du monde = désengagement, culte du présent. La production litt se tourne vers l'individu laissant tomber les thèmes de la collectivité.

Littérature postmoderne

1980

après le référendum. En france, c'est plutôt dans les années 50.
Ses caractéristiques :
- Retour du sujet, sous l’angle des « petits récits » du quotidien et du banal
- Quotidien et banal
- On ne croit plus à la quête du héros
- Les écrivains emploient la méta-fiction
- Remet en question l’idée de sens
- Revendique la pluralité, l’hétérogénéité (éclatement des structures formelles)
- Mise en relief des pratiques d’écriture
o Beaucoup de métafiction (C'est le terme littéraire décrivant la littérature de fiction qui, de manière consciente et systématique, s’interroge sur son statut en tant qu'objet, en soulevant des questions sur la relation entre fiction et réalité, et souvent ironie et introspection. Elle peut être comparée à la représentation théâtrale, qui ne fait pas oublier au public qu’il regarde une pièce; la métafiction ne permet pas au lecteur d’oublier qu'il est en train de lire une œuvre de fiction.)
o Et d’intertextualité (on ajoute grâce à l’intertextualité plusieurs sens)
o Pastiche
o Ironie (permet de poser un regard critique sur son propre discours)
o Non linéarité des récits et distorsions temporelles.

Premier référendum

1980

Le champ littéraire s'élargit

1980 - Approx. 2000

Typique des années 80
En litt : destin tragique des gens ordinaires
Matérialisme, confort, société de consommation (Les voisins), société des loisirs.
Le désengagement idéologique s’opère à la faveur du bien-être personnel.
c’est là qu’il devient le plus fort.
o Vrai marché ( de plus en plus de lecteurs)
o Beaucoup de publications (effervescence)
o Possibilité de best-sellers (+populaire, +grande diffusion)
 Le phénomène émerge, des livres ont de très grands tirages (Ex. tremblay, les filles de Caleb, Le canard de bois de Louis Laron)
o La littérature d’avant-garde opère un décentrement
 Représente l’individu plutôt que la nation
Le rapport entre littérature et nation se relâche : la littérature n’exhibe plus de façon ostentatoire les signes de sa québécité (par exemple dans l’utilisation du joual)
 On revient à un français plus standard.
Le rapport entre littérature et passé (histoire) se relâche : le nous disparait derrière le moi. La littérature n’a nulle dette avec l’histoire et aucun devoir face à l’avenir.
o La production littéraire se dit postmoderne

Société de consommation

1980 - 1989

• Montée de l’hédonisme (recherche de plaisir, de se réaliser en tant qu’individu)
• Fin des idéologies – isme (nationalisme, marxisme, etc.)
• Suprématie de l’idéologie du moi

PAS DE SYMBOLE COLLECTIF!

Maryse - Francine Noël

1983

LE roman postmoderne au Québec
La grande histoire sert la petite histoire du roman. C’est postmoderne de revisiter l’histoire avec humour, ironie et distance.
Dans le roman, la meilleure amie de Maryse s’appelle Marie-Lyre Flouée. Son surnom c’est MLF (fait référence au mouvement de libération des femmes du Québec) ironie !

En filigrane de l’apprentissage de Maryse, le roman québécois fait donc l’apprentissage du postmodernisme. Tout comme la première (Maryse) doit trouver sa propre voix, le second (le roman postmoderne) doit trouver son propre langage (...) Maryse réécrit l’Histoire sous l’angle de la petite histoire. – André Lamontagne

Littérature migrante prend sa place

Approx. 1985 - Approx. 2000

Michel Biron : Ce qu’on va appeler la littérature migrante ou l’écriture migrante, c’est une des transformations les plus visibles de la littérature québécoise à l’époque postmoderne (après 1980). Il y a tjs eu des écrivains migrants au Québec, mais ils ne mettaient pas leur identité de l’avant lorsque le Québec était en phase NOUS. Ils deviennent visibles et il y en a plus, car la littérature se pluralise, portés par l’époque.

Mort de René Lévesque

1987

Fin d'une époque, changement de paradigme, tous les acquis de la révolution tranquille sont mis en veilleuse tels que :
• Le nationalisme politique
• Le réformisme social
• L’État providence/interventionniste
• La société d’opulence (abondance de bien)

Hypermodernité

Approx. 1990
  • Se remarque dans les sociétés économiquement développées, où il y a une exacerbation.

Les têtes à papineau - Jacques Godbout

1991

...Une tête française et une tête anglaise

Le bonheur a la queue glissante - Abla Farhoud

1998

Les yeux bleus de Mistassini - Jacques Poulin

2002

 Roman minimaliste (style d’écriture simple et dépouillé)
- Recours à l’intertextualité
- À l’intratextualité (il fait référence à ses propres romans (personnages entre autres, jimmy était dans un autre roman, jack était dans Volkswagen blues)
Il fait ça, car toute écriture est une réécriture.
C’est très postmoderne de faire de l’intertextualité
- Les héros ne sont pas de grands héros. Ils vont désavoués leur importance, eux-mêmes.
Scepticisme à l’égard des grandes vérités (ex de Mon cheval pour un royaume et La tourné d’automne – l’autorité n’existe plus, vous ne trouverez pas de réponse dans la littérature)
‘’le plus grand menteur du vieux Québec’’, il se sappe lui-même.
- Refus d’adhérer à tout programme idéologique. P.142-143 Je poursuivis mes explications, j’inventais à mesure, je disais n’importe quoi (…) Je déclarai que la réussite matérielle ne m’intéressais pas. J’étais un descendant des hippies : leur mentalité me plaisait, sauf que j’avais rejeté toutes les idéologies et tous les principes. Je ne voulais pas changer le monde, il tournait sans moi et je n’avais aucune prise sur lui.

La notaire - Patrick Nicol

2007

Le ciel de Bay City

2008

Réussir son hypermodernité...

2010